Devriez-vous cotiser à votre CELI ou à votre REER?

Les deux solutions sont intéressantes, mais selon les circonstances, l’une pourrait être plus avantageuse que l’autre.

Pendant des années, les Canadiens ont profité des avantages de la croissance à imposition différée dans leurs régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER). Toutefois, avec la mise en marché du compte d’épargne libre d’impôt (CELI), les Canadiens de 18 ans et plus ont une autre occasion très intéressante de bénéficier de la croissance à l’abri de l’impôt. Alors, que devraient-ils privilégier?

Il n’y a pas de bonne réponse. Les deux comptes sont avantageux, et le choix optimal dépend de divers facteurs. Tenez compte des renseignements suivants pour votre décision.

Épargnez-vous en vue d’un objectif à long ou à court terme? Les REER ont été conçus principalement pour un objectif à long terme, soit la retraite. Étant donné que vos cotisations vous donnent droit à une déduction d’impôt, les retraits sont imposables (sauf s’ils sont faits aux termes du régime d’accession à la propriété ou du régime d’encouragement à l’éducation permanente). Dans de nombreux cas, toutefois, ils sont susceptibles d’être faits lorsque vous ne travaillez plus et que vous êtes donc assujetti à un taux d’imposition moindre.

Le CELI, par contre, est suffisamment souple pour convenir plus facilement aux objectifs à court terme. Les cotisations ne donnent pas droit à une déduction d’impôt, mais les montants retirés ne sont pas imposables, quels que soient le moment (en fonction de la nature des placements inclus) ou la raison . De plus, le montant des retraits peut être recotisé en entier lors d’une année ultérieure.

Recherchez-vous un moyen efficace de fractionner les revenus avec votre conjoint assujetti à un taux d’imposition moindre? Le CELI convient idéalement au fractionnement du revenu. Vous pouvez donner à votre conjoint le montant de la cotisation à son CELI et tous les revenus gagnés ne vous sont pas réattribués. Votre conjoint peut faire des retraits libres d’impôt en tout temps.

Cependant, si vous utilisez un REER de conjoint, les cotisations que vous y verserez réduiront le montant admissible à votre propre REER. De plus, les retraits d’un REER de conjoint sont imposables entre vos mains s’ils sont faits la même année civile que la cotisation ou les deux suivantes. Par la suite, toutefois, tant le revenu gagné sur la cotisation initiale que les retraits faits par votre conjoint sont imposables entre les mains de ce dernier.

Voulez-vous maintenir votre admissibilité aux prestations du gouvernement fédéral fondées sur le revenu? Étant donné que les retraits d’un CELI ne sont pas considérés comme des revenus, ils n’influent pas sur les prestations du gouvernement fédéral fondées sur le revenu, comme la Prestation fiscale canadienne pour enfants, la Prestation fiscale pour le revenu de travail, le crédit pour TPS, le crédit en raison de l’âge, les prestations de Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti ou les prestations d’assurance-emploi.

La stratégie idéale dans la plupart des cas consiste à cotiser le montant maximal dans le CELI et le REER en vue de maximiser vos économies d’impôt. Si c’est impossible, alors un conseiller CIBC pourra vous aider à décider comment répartir vos cotisations pour tirer le maximum des deux régimes.

Le tableau ci-dessous présente les principales différences entre un CELI et un REER.

CELI

REER

Chaque année civile, il est possible de cotiser au CELI jusqu’à concurrence du montant maximal prévu pour l’année en question; les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés.

Vous pouvez cotisez l’équivalent de 18 % des revenus que vous avez déclarés l’année précédente sans toutefois pouvoir dépasser le plafond fixé pour l’année d’imposition 2011 de 22 400 $, moins tout facteur d'équivalence applicable les droits de cotisation inutilisés (pour connaître ces droits, voir le feuillet T4 ou l’avis de cotisation de l’année précédente) peuvent être reportés.

Aucune déduction fiscale pour les cotisations

Déduction fiscale pour les cotisations

Aucun impôt sur les retraits

Les retraits représentent des revenus imposables

Le montant des retraits peut être recotisé lors d’une année ultérieure

Lorsque vous faites des retraits, vous perdez les droits de cotisation correspondants pour

Les placements peuvent inclure des parts de fonds communs de placement, des actions, des obligations et des CPG, tout comme les REER

Les placements peuvent inclure des parts de fonds communs de placement, des actions, des obligations et des CPG, tout comme les CELI



Pour commencer