Les avantages de l'assurance vie

Aucun plan financier n’est complet sans un examen de votre situation en matière d’assurance. L’assurance vie et l’assurance invalidité sont des éléments importants de la planification des situations d’urgence, car ils permettent de pourvoir aux besoins des personnes à votre charge et vous aident à atteindre vos objectifs financiers.

L’assurance vie peut satisfaire de nombreux besoins. L’un des principaux besoins est de protéger le bien-être financier de vos survivants en préservant leur style de vie advenant votre décès. L’assurance vie prévoit le versement d’une prestation de décès forfaitaire non imposable pouvant être investie en vue d’assurer un revenu au conjoint ou aux enfants à charge. Une partie de la prestation de décès peut être affectée au remboursement de dettes de façon que les survivants n’aient plus à faire des versements périodiques.

Un décès peut entraîner une obligation fiscale à la succession. Si vous possédez des biens en immobilisation, ces biens seront réputés avoir été vendus à leur juste valeur marchande au moment du décès, à moins qu’ils n’aient été transférés à un conjoint. Par conséquent, des impôts sur tout gain en capital devront être payés si les biens ont pris de la valeur. En outre, la valeur de certains actifs enregistrés, tels les REER et les FERR, sera incluse dans le revenu du défunt dans l’année du décès, à moins qu’un conjoint ou un enfant à charge n’ait été désigné comme bénéficiaire. Ce fardeau fiscal peut occasionner un problème de liquidités pour la succession, en particulier si les enfants veulent conserver un élément d’actif, tel un chalet.

Un contrat d’assurance vie peut offrir des avantages exceptionnels. Si un membre de la famille, par exemple un conjoint ou un enfant, est désigné bénéficiaire du produit de l’assurance vie, la police peut être à l’abri de toute saisie de la part des créanciers du titulaire ou de l’assuré de la police.

La prestation de décès payable au bénéficiaire désigné dans le cadre d’une police d’assurance ne fait pas partie de la succession de l’assuré. Par conséquent, le produit de l’assurance vie n’est pas assujetti aux frais de contraction de la succession, par exemple les frais d’homologation, les frais juridiques, les frais d’exécution testamentaire et les demandes de règlement des créanciers. En outre, le produit de l’assurance vie payable à un bénéficiaire désigné est versé directement à ce bénéficiaire sans les délais que requiert habituellement le règlement de la succession.

Pour déterminer le montant d’assurance dont vous avez besoin, un professionnel de l’assurance doit effectuer une analyse complète de vos besoins. Cet examen exhaustif consistera à déterminer vos sources de revenu et vos frais de subsistance actuels dans le but d’évaluer les revenus et obligations qui seront maintenus à votre décès. Avec l’aide du conseiller en assurance, vous devez déterminer la partie de votre revenu qui devra être remplacée à votre décès ainsi que la durée pendant laquelle ce revenu devra être versé aux survivants. Il importe ensuite d’examiner votre actif et votre passif afin de déterminer quels éléments d’actif peuvent être liquidés au décès et quels éléments de passif doivent alors être financés.

Les dernières dépenses doivent également être prises en compte, notamment les frais funéraires, les frais d’homologation et les frais juridiques. En outre, vous devez tenir compte des objectifs que vous aimeriez financer, par exemple les études universitaires de vos enfants ou petits-enfants.

Pour effectuer l’analyse des besoins, il importe d’envisager plusieurs hypothèses, en tenant compte notamment du taux de croissance de l’actif, du taux d’inflation et des taux d’intérêt à long terme. S’il existe un déficit entre le revenu requis pour les personnes à charge et le revenu disponible (provenant du capital investi et de la liquidation de placements et d’éléments d’actif), l’assurance peut servir à procurer le capital nécessaire pour combler ce déficit. L’assurance peut également servir à combler l’écart entre le passif et les objectifs à provisionner au décès, et l’actif disponible à cette fin.


Pour commencer