Gérer les risques de placement

Le risque de marché n’est pas la seule chose contre laquelle vous devriez protéger vos placements

Lorsque vous pensez aux risques liés aux placements, la première chose à vous venir à l'esprit est probablement le risque de marché, soit la possibilité de perdre votre argent en raison de la chute des marchés. Vous pouvez tenter de vous prémunir contre le risque de marché en diversifiant votre actif, c’est-à-dire en le répartissant dans des actions, des obligations et des fonds du marché monétaire, pour augmenter vos possibilités de réaliser des gains sur certains placements chaque année. Mais il y a d’autres risques, possiblement moins évidents, à ne pas oublier.
 

Risque d’inflation : Au fil du temps, l’inflation rognera sans doute le rendement produit par votre argent. Même un taux d’inflation de 2,5 % viendra écorner votre capital de retraite. Si ce taux se maintenait pendant 25 ans, il vous faudrait 185 000 $ pour acheter l’équivalent de ce que 100 000 $ vous procurent aujourd’hui.

Moyen de défense : Investissez au moins une partie de votre portefeuille dans des fonds d’actions, le rendement à long terme desquels pourrait distancer l’inflation.
 

Risque d’affaires : Le risque d’affaires s’entend de la possibilité qu’une entreprise dans laquelle vous investissez fasse faillite, ou à tout le moins voit le cours de son action plonger, ce qui diminuerait la valeur de votre investissement.

Moyen de défense : Vous vous protégez déjà contre le risque d’affaires en investissant dans des fonds communs de placement dont l’actif est réparti entre des douzaines de sociétés.
 

Risque fiscal : Le rendement réel de vos placements est considérablement affecté par l’impôt que vous avez à payer sur les gains réalisés.

Moyen de défense : Tirez le maximum de vos REER ou REEE à imposition différée ou de votre compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Ces produits permettent à votre argent de fructifier au fil du temps, l’impôt n’étant exigé que lorsque vous commencez à retirer les sommes qu’ils contiennent, au moment de la retraite ou pour les fins pour lesquelles vous économisiez. Ces sommes peuvent être imposées à un taux inférieur à ce moment-là.
 

Risque de survivre à votre capital-retraite : Ne pas avoir assez d’argent pour tenir pendant toute la retraite constitue le risque le plus angoissant de tous.

Moyen de défense : Versez la cotisation maximale à votre REER chaque année. Le plafond de cotisation pour 2012 est fixé à 22 970 $, mais vous pouvez cotiser davantage si vous avez des droits de cotisation inutilisés des années antérieures.



Pour commencer