Comment épargner pour votre moi du futur : interagissez avec lui

Amy Klein

Avez-vous déjà pensé à votre vie dans dix ans? Où allez-vous vivre? À quoi allez-vous ressembler? Quel sera votre style de vie? Et dans 20, 30 ou 40 ans?

Bien qu’il puisse être excitant (voire décourageant) d’observer sa propre vie comme une boule de cristal, vous pourriez découvrir le secret qui vous permettra de façonner votre vie idéale. 

Cela semble logique lorsque nous nous penchons sur notre vie quotidienne. Pour réussir une présentation importante, vivre une journée de mariage aussi magique que celle que vous avez imaginée ou profiter d’un safari planifié depuis longtemps, la première chose à faire est de visualiser l’expérience en tournant son regard vers l’avenir.

Un homme et une femme regardent vers le haut et pensent aux objectifs de retraite qu’ils devront planifier

Se tourner vers l'avenir

Selon Sarah Newcomb, auteure de l’ouvrage intitulé Loaded : Money, Psychology, and How to Get Ahead without Leaving Your Values Behind, la capacité d’épargner ne relève pas d’un type de personnalité ou du hasard. Elle découle plutôt de nos antécédents familiaux, de notre culture et, surtout, des idées que nous nous faisons à ce sujet.

La clé pour devenir un meilleur épargnant, selon Mme Newcomb, consisterait à brosser un tableau de votre vie future et à y pénétrer. À titre d’économiste comportementale, Mme Newcomb a découvert que les gens qui réussissent le mieux à se représenter leur avenir ont tendance à épargner davantage pour le contexte qu’ils entrevoient.

Lorsque les gens sont plus jeunes, il arrive souvent qu’ils ne se projettent pas assez loin dans l’avenir pour que cela les incite à épargner dès aujourd’hui. En raison de ce qu’on appelle psychologie de la distance, notre façon de percevoir une idée (comme épargner pour les études universitaires d’un enfant) dépend de notre proximité par rapport à celle-ci. Si une personne dans la trentaine songe à avoir des enfants, à acheter une maison ou à progresser dans sa carrière, la retraite peut sembler fort lointaine.

À l’instar d’un dessin de paysage, certaines choses semblent être plus proches parce qu’elles sont plus grosses ou que leurs détails sont plus apparents, alors que d’autres semblent lointaines parce qu’elles sont plus petites ou moins bien définies. Si vous vous représentez votre avenir d’une manière plus précise, affirme Mme Newcomb, il devient plus facile d’épargner.

« Nous devons être très conscients du fait qu’il faut retourner cette image et se concentrer sur le long terme, indique-t-elle. Par la suite, vous pouvez retourner à vos préoccupations de tous les jours. »

Si ce type de visualisation ne vous semble pas naturel, il existe toutes sortes de façons d’y arriver. Dans ses recherches, Mme Newcomb a découvert que même les gens qui passent un certain temps à penser à leurs souhaits en matière de finances constateront que des changements surviennent dans la façon dont ils épargnent et dépensent leur argent.

« Créez votre représentation mentale de l’avenir en y associant des détails concrets et précis, a-t-elle expliqué, et il s’agira là d’une façon plus efficace d’épargner. »

Un autre moyen d’y arriver? Créez une véritable image de votre moi du futur.

Une image de votre moi du futur
 

« Une étude publiée en 2011 dans le Journal of Marketing Research révélait que les étudiants qui interagissent avec une version d’eux-mêmes vieillie ou future - sous la forme d’un avatar en réalité virtuelle immersive - consacraient plus de ressources à leur avenir. »

Il a été demandé aux participants d’imaginer qu’ils recevaient de façon inattendue une somme de 1 000 $ et qu’ils avaient quatre options pour la dépenser : l’utiliser pour acheter une gâterie à un proche, l’investir dans un fonds de retraite, planifier une occasion amusante et extravagante ou la déposer dans un compte-chèques.

Il s’est avéré que les participants exposés à leur moi du futur ont consacré plus de deux fois plus d’argent à un compte de retraite que les participants qui n’avaient été exposés qu’à leur moi actuel. « Ceux qui interagissent avec leur moi du futur ont des intentions d’épargne beaucoup plus marquées que ceux pour qui ce n’est pas le cas », a souligné Mme Newcomb.

Même Mme Newcomb, qui affirme être « de nature dépensière », a connu du succès grâce à cette démarche. Lorsqu’elle a créé une photo d’elle-même vieillie, soit à 75 ans, (il existe de nombreuses applications permettant de faire cela) et qu’elle l’a placée sur son bureau, elle a été incitée à réfléchir chaque jour au style de vie dont elle souhaitait profiter à cet âge.

« Je n’ai jamais été aussi [motivée] à épargner qu’en regardant cette version vieillie de moi-même. »

Un homme et une femme sont assis sur un sofa

Pour commencer