Un portefeuille de placement parfait

Initialement publié dans MoneySense

Besoin d'un rendez-vous? Trouver un centre bancaire

Janvier 2012

Un portefeuille de placement parfait

Souhaitez-vous, à la retraite, avoir un capital qui vous offre la croissance dont vous avez besoin, tout en vous protégeant des périodes d’incertitude? Voici comment.

Tous les grands chefs savent que le secret d’une fine cuisine est la combinaison des bons ingrédients dans les bonnes proportions. L’élaboration du portefeuille de retraite parfait n’est pas si différente. Comme en cuisine, vous devez commencer avec les bons ingrédients de base, dans ce cas-ci, des actions et des obligations; si les proportions sont bonnes, le résultat sera couronné de succès.

Pour découvrir la composition qui convient à vos besoins de retraite, posez-vous quelques questions simples. Pour quelle durée les fonds seront-ils investis? À quel point êtes-vous prêt à prendre des risques avec votre épargne? De quelle croissance avez-vous besoin? « La seule façon de répondre convenablement à ces questions est d’établir une stratégie financière complète qui illustre vos objectifs financiers à court et à long terme, explique Marc Lamontagne, conseiller à honoraires seulement de Ryan Lamontagne, à Ottawa. »

La question la plus importante à laquelle vous devrez répondre porte sur l’équilibre du risque et de la croissance dont vous avez besoin. En règle générale, vous pouvez prendre plus de risque si vos placements ont une plus longue durée. Par contre, comment pouvez-vous connaître votre tolérance au risque? « J’utilise habituellement un questionnaire avec mes clients, indique M. Lamontagne. Il nous permet d’amorcer une discussion visant à évaluer leur tolérance au risque. S’il s’agit d’un couple et que chaque conjoint a une tolérance au risque différente, je les aide à arriver à un compromis qui leur permettra tous deux d’atteindre leurs objectifs financiers. »

Pour obtenir un rendement optimal sans prendre trop de risques, vous pouvez séparer votre portefeuille en deux parties : une partie qui comprend des actions et l’autre vous donnant un revenu fixe composé d’obligations, de CPG et de comptes d’épargne. Généralement, plus le pourcentage d’actions est élevé, plus le niveau de risque l’est aussi.

N’oubliez pas que malgré le rendement plus élevé à long terme des actions, leur rendement à court terme est plus difficile à prédire. À 30 ans, lorsque la retraite se trouve loin à l’horizon, vous pouvez encaisser quelques effondrements du marché et rester tout de même gagnant. Vous pouvez donc prendre plus de risques. Par contre, si vous vous approchez de la retraite, votre portefeuille devrait contenir moins d’actions et plus d’obligations, car ces dernières sont plus prévisibles. Les marasmes du marché vous toucheront donc moins.

En règle générale, la portion de revenu fixe devrait être égale à votre âge. Par exemple, si vous avez 40 ans, votre portefeuille pourrait être composé à 40 % de titres à revenu fixe et à 60 % d’actions. Si vous avez 60 ans, votre portefeuille pourrait être composé à 60 % de titres à revenu fixe et à 40 % d’actions. La proportion précise dépend de votre tolérance au risque. Vous pouvez aussi vous isoler des replis boursiers en créant un fonds en espèces et en CPG, ou en échelonnant des obligations à court terme. Si ce fonds est suffisant pour combler trois années de dépenses, vous n’aurez pas à vendre vos actions quand le marché est à la baisse.

Vous ne voulez tout de même pas être trop conservateur. « Pour qu’un portefeuille de retraite vous dure jusqu’à 90 ans, il ne devrait pas être composé uniquement d’espèces et de CPG, explique Norm Rothery, analyste financier agréé et fondateur de StingyInvestor.com (en anglais seulement). Peu importe votre âge, au moins le quart de ce portefeuille devrait être constitué d’actions. Une telle composition est en fait moins risquée que des placements à revenu fixe seulement, car elle vous protège de l’inflation. »

Après avoir déterminé la composition qui vous convient, vous devrez choisir vos placements. Votre choix d’instruments de placement dépend de plusieurs facteurs, y compris le temps que vous souhaitez allouer à votre portefeuille. Vous pouvez acheter des actions et des obligations à la carte, mais cette méthode devrait être réservée aux investisseurs chevronnés. Les fonds communs de placement et les fonds indiciels sont plus pratiques.

Si vous êtes un nouvel investisseur, vous pourriez commencer avec un simple fonds commun équilibré. « Il s’agit généralement d’un produit conservateur composé à 60 % d’actions et à 40 % de placements à revenu fixe », précise M. Rothery. Les investisseurs chevronnés qui souhaitent adopter une approche plus pratique peuvent envisager les fonds cotés en bourse (FCB) ou les fonds communs de placement indiciels.

Afin d’obtenir une analyse détaillée de la composition qui vous convient, communiquez avec un conseiller bien renseigné qui pourra vous aider à choisir les placements adaptés à votre situation et à vos objectifs. Consultez votre conseiller régulièrement pour veiller à ce que votre composition et votre niveau de risque soient à jour, alors que votre situation financière et votre horizon de placement changent.



Par où commencer

Évaluations