Discours et présentations

Victor Dodig

Le 11 septembre 2018



Énoncé prospectif

De temps à autre, nous faisons des énoncés prospectifs écrits ou oraux au sens de certaines lois en matière de valeurs mobilières, y compris dans des présentations, des discours, des dépôts auprès d'organismes de réglementation canadiens ou de la « Securities and Exchange Commission » des États-Unis, et dans d'autres communications.

Ces énoncés prospectifs comprennent, sans toutefois s'y limiter, des déclarations concernant nos activités, nos secteurs d'activité, notre situation financière, notre gestion du risque, nos priorités, nos cibles, nos objectifs permanents ainsi que nos stratégies et nos perspectives pour 2013 et les exercices subséquents.

Les énoncés prospectifs se reconnaissent habituellement à l'emploi de termes comme « croire », « prévoir », « compter », « estimer » et d'autres expressions de même nature et de verbes au futur et au conditionnel. De par leur nature, ces énoncés nous obligent à tirer des hypothèses et sont assujettis aux incertitudes et aux risques inhérents qui peuvent être de nature générale ou spécifique.

Divers facteurs, la plupart étant hors de notre contrôle, influent sur nos activités, notre rendement et nos résultats, et pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement de ceux avancés dans nos énoncés prospectifs. Ces facteurs comprennent :

  • les risques de crédit, de marché, de liquidité, d'exploitation, les risques environnementaux et de réglementation, ainsi que les risques juridiques et de réputation, et les risques stratégiques;
  • des changements d'ordre législatif ou réglementaire dans les territoires où nous sommes en exploitation;
  • les changements apportés aux lignes directrices relatives au capital fondé sur les risques et aux directives d'information, et leur interprétation;
  • l'issue de poursuites et des questions connexes;
  • l'incidence des modifications apportées aux règles et aux normes comptables, et leur interprétation;
  • les changements apportés au montant estimé des réserves et provisions;
  • l'évolution des lois fiscales;
  • la modification de nos cotes de crédit;
  • la situation ou les changements politiques;
  • l'incidence possible de conflits internationaux et de la guerre au terrorisme, des catastrophes naturelles, des urgences en matière de santé publique, des perturbations de l'infrastructure publique et de toute autre catastrophe sur nos activités;
  • la fiabilité de tiers à fournir les infrastructures nécessaires à nos activités;
  • l'exactitude et l'exhaustivité de l'information qui nous est fournie par nos clients et contreparties;
  • le défaut de tiers de respecter leurs obligations envers nous et nos sociétés affiliées;
  • l'intensification de la concurrence livrée par des concurrents existants ou de nouveaux venus dans le secteur des services financiers;
  • l'évolution des technologies;
  • la tenue des marchés financiers mondiaux;
  • les modifications apportées aux politiques monétaires et économiques;
  • les fluctuations des taux de change;
  • la conjoncture du milieu des affaires et de l'économie mondiale incluant celle du Canada, des États-Unis et des autres pays où nous menons nos activités;
  • les changements de prix et de taux du marché qui pourraient réduire la valeur des produits financiers;
  • notre capacité à élaborer et à lancer des produits et services, à élargir nos canaux de distribution existants et à en créer de nouveaux, et à accroître les revenus que nous en tirons;
  • les changements des habitudes des clients en matière de consommation et d'économie;
  • notre capacité à embaucher et fidéliser des employés clés ou de haute direction;
  • notre aptitude à mener à terme nos stratégies, ainsi qu'à soutenir la réalisation et l'intégration des acquisitions et coentreprises; et
  • notre capacité à anticiper et à gérer les risques associés à ces facteurs.
     

Cette énumération ne couvre évidemment pas tous les facteurs susceptibles d'influer sur nos énoncés prospectifs. Aussi ces facteurs et d'autres doivent-ils éclairer la lecture des énoncés prospectifs sans toutefois que les lecteurs ne s'y fient indûment. Nous ne nous engageons à mettre à jour aucun énoncé prospectif contenu dans nos communications à moins que ne l'exige la loi.