Épargner en vue d’études

William et Rose : Notre petit garçon vient de célébrer son cinquième anniversaire. C'est fou comme il grandit rapidement! Nous voulons, en fonction de nos moyens, lui donner ce qu'il y a de mieux dans la vie, y compris pour les études. Quelle est la meilleure façon d'épargner en vue de ses études?

William et Rose savent qu'il vaut mieux commencer tôt à épargner en vue des études de leur fils. Par ailleurs, ils veulent en apprendre davantage sur le régime enregistré d'épargne-études (REEE) afin de déterminer si cette option leur convient. Ils ont aussi entendu parler d'un programme gouvernemental qui pourrait les aider, mais ils n'en savent pas plus à ce sujet.

Leur conseiller CIBC leur explique qu'un REEE est un régime d'épargne à imposition différée. Il leur montre que plus le montant de leurs cotisations est élevé, plus le total de leur épargne augmente rapidement.

Les cotisations à un REEE sont admissibles à la Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE); cette subvention du gouvernement correspond à 20 % de la première tranche de 2 500 $ de cotisations versées annuellement dans un REEE. Elle peut donc valoir annuellement jusqu'à 500 $ par bénéficiaire jusqu'à concurrence d'un montant global à vie de 7 200 $.

Si jamais William et Rose ont des liquidités excédentaires, par exemple s'ils reçoivent un cadeau de leurs propres parents ou un remboursement d'impôt, ils peuvent aussi le verser au REEE. La cotisation à vie est de 50 000 $ par enfant.

« Lorsque vous ferez des retraits pour payer les études de votre fils, précise leur conseiller, seuls le revenu et les fonds de la subvention seront imposés, et ce, dans les mains de votre fils. Dans bien des cas, l'impôt à payer sera faible ou nul. »

Le conseiller aidera William et Rose à établir un programme de cotisation automatique au REEE au moyen d'un plan de placements périodiques CIBC et d'un portefeuille de placements qui répondra à leurs besoins. Comme William et Rose envisagent d'avoir un autre enfant, ils suivent la suggestion du conseiller, soit ouvrir un REEE familial plutôt que d'avoir divers REEE individuels. Ainsi, si un enfant décide de ne pas faire d'études collégiales ou universitaires, ils peuvent utiliser le REEE pour l'autre enfant.

Avec une stratégie en place et un programme simple de cotisation à leur REEE, William et Rose envisagent l'avenir de leur fils avec confiance.



Par où commencer

Évaluations