Clients de la Banque CIBC

Dean Taylor de Taylor Auto Repair en compagnie de Jason Doucet, son conseiller principal PME CIBC.

Dean Taylor, Taylor's Auto Repairs

Trouver la bonne occasion d'affaires est une chose. La saisir en est une autre. Lorsque l'occasion s'est présentée, Dean Taylor était prêt - et la Banque CIBC lui a donné un coup de main lorsqu'il en avait besoin.

Dean et sa famille habitaient à Halifax, en Nouvelle-Écosse, lorsqu'il a reçu un appel en provenance de sa ville natale (Winfield, en C.-B.). L'un des amis de Dean vendait son atelier de réparation automobile. Bien que Dean n'ait jamais exploité d'entreprise auparavant, il avait l'œil sur l'atelier depuis longtemps. « Pourquoi ne me le vends-tu pas? », demanda-t-il. Son ami accepta et Dean se rendit dans l'Ouest pour conclure le marché.

Lorsqu'il arriva, son ami lui suggéra de soumettre son plan d'affaires à Jason Doucet de la Banque CIBC. À titre d'ancien conseiller principal de petites et moyennes entreprises (PME) de l'atelier, Jason connaissait ses pratiques et son potentiel et il pourrait peut-être aider Dean à démarrer en affaires.

À ce moment, Mère Nature se mis de la partie. L'ouragan Juan se déchaîna en Nouvelle-Écosse et déracina plusieurs arbres sur la propriété des Taylor. Dean déposa son plan d'affaires au centre bancaire CIBC le vendredi juste avant de repartir à Halifax. Il passa la fin de semaine à abattre et à couper les arbres à l'aide de sa scie mécanique. Le lundi matin, Jason Doucet appela Dean à Halifax. Il avait examiné le plan de financement de Dean et il lui posa une seule question : « En petites coupures? »

Les approbations concernant l'atelier de réparation furent obtenues au téléphone. Dean reçut les fonds nécessaires pour démarrer sa première entreprise. L'atelier Taylor's Auto Repairs a ouvert ses portes le 1er décembre 2003. Huit mois plus tard, l'exploitation de sa propre entreprise demeure un défi stimulant pour Dean. « J'ai déjà dirigé des entreprises au nom d'autres personnes, mais jamais pour mon compte », soutient-il. Son plus grand défi? « Accomplir toutes les tâches à temps. »

Lorsque vous lui demandez si, en bout de ligne, il aime exploiter sa propre entreprise, Dean n'hésite pas une seule seconde. « Je ne reviendrais jamais en arrière, indique le fier propriétaire de l'atelier Taylor's Auto Repairs, l'entrepreneuriat est plein de promesses. »

Joyce Keelan de Creative Education of Canada en compagnie de Mark McCarthy, directeur de centre bancaire CIBC, 1170 London Rd, Sarnia, Ontario.

L'histoire de la famille Keelan

Gérer sa propre entreprise ne convient pas à tout le monde. C'est une chose parfois compliquée, qui demande beaucoup de temps et de travail. Mais pour Ray Keelan, il n'y avait pas d'autre option. Après avoir géré ses entreprises durant des décennies, il a transmis sa passion des affaires à ses filles Faith et Joyce, qui sont elles-mêmes devenues gestionnaires de leurs propres entreprises. La Banque CIBC est leur banque de choix depuis plus de 50 ans.

Après la Seconde Guerre mondiale, Ray a commencé à travailler au magasin d'appareils ménagers de son père, à Sarnia. Il a rapidement pris la direction du magasin, a enrichi la gamme des appareils ménagers offerts et y a ajouté des meubles et des téléviseurs. Il a parallèlement fondé d'autres entreprises. Soutenu par la Banque CIBC, Ray a mis sur pied SAL Financing pour fournir du financement à ses clients. Lorsqu'il a été forcé d'agrandir ses installations, il a créé RJK Holdings pour répondre à ses besoins immobiliers.

Mais rien ne fut jamais facile. Chacune de ses entreprises a connu des hauts et des bas. Par exemple, le feu a déjà réduit en miettes son magasin Keelan's Furniture. Ray a dû rebâtir de rien et reconstituer les stocks; une période difficile durant laquelle, dit-il, « la Banque CIBC s'est montrée très compréhensive ». Ray a persévéré, et en 1990, il a pris une retraite bien méritée.

Joyce Keelan a fondé Creative Education of Canada en 1987. L'entreprise fabrique des outils et du matériel d'apprentissage destinés aux enfants du niveau préscolaire. Joyce s'est adressée à la Banque CIBC pour obtenir un prêt de démarrage, et elle est aujourd'hui à la tête d'une entreprise prospère. Celle, qui a commencé par frapper aux portes des fournisseurs pour leur montrer ses produits parcourt aujourd'hui le monde entier pour en faire la promotion.

Elle se rappelle ce que son père lui disait : « tu n'avanceras pas si tu as peur de faire des erreurs. » Le fait d'être son propre patron lui procure des avantages immenses. « Je n'ai pas peur de prendre des risques, dit-elle, et je ne changerais pas ma situation pour tout l'or du monde. »

Lorsque Ray a pris sa retraite, Faith s'est retrouvée aux commandes de RJK Holdings. Elle s'est occupée des contrats et s'est imposée sur le marché immobilier de Sarnia par d'importants investissements. Elle gère aussi Brian's TV Rentals, commerce que Ray a fondé en 1965. Les établissements hospitaliers locaux s'approvisionnent en téléviseurs chez elle.

Venant du secteur du commerce de détail, Faith a rapidement découvert que gérer sa propre entreprise était beaucoup plus gratifiant. Au sujet de la liberté dont jouit l'entrepreneur, elle précise qu'elle a le pouvoir de prendre ses propres décisions et d'aller jusqu'au bout de ses idées. « C'est ce qu'il y a de mieux, dit-elle, c'est vraiment ce qu'il y a de mieux. »

À ces trois générations d'entrepreneurs s'en ajoutera peut-être une quatrième; la fille de Joyce s'est inscrite à la faculté de gestion de l'Université McGill, où elle apprendra les rudiments de ce qui deviendra peut-être sa propre carrière d'entrepreneur. Décidément, le gène des affaires est fort dans la famille Keelan.

Pour plus de renseignements sur Creative Education of Canada, visitez le site www.creative-edu.com (en anglais seulement).