Notions élémentaires sur les replis du marché

Les effondrements du marché ne sont pas tous les mêmes. Apprenez à les reconnaître et à savoir ce qu’ils signifient.

Si vous êtes comme de nombreux Canadiens, vos placements vous donnent des sueurs froides en raison des variations à la hausse et à la baisse des marchés boursiers. Pour vous aider à comprendre les mouvements des marchés et à y faire face, examinons les différents types de repli.


Baisse
La baisse, qui s’échelonne habituellement sur une période de quelques semaines à quelques mois, est un mouvement de vente de courte durée des investisseurs en réaction à de mauvaises nouvelles inattendues. Pensons à la chute de 554 points (une baisse de 7,2 %) de l’indice Dow Jones des valeurs industrielles, un des indices les plus étroitement surveillés, qui s’est produite en octobre 1997. Les craintes quant aux conséquences de la fragilité des économies de l’Asie sur les attentes liées aux bénéfices en Amérique du Nord ont entraîné d’importantes ventes irréfléchies. L’indice s’est toutefois redressé rapidement et a terminé l’exercice en hausse par rapport à son niveau de départ.


Correction
Une baisse qui avoisine les 10 % sur une courte période, quelques jours par exemple, est généralement considérée comme une correction. Une correction peut être entraînée par une hausse importante des taux d’intérêt, par une baisse de l’activité économique dans son ensemble ou par une surévaluation des actions aux yeux des investisseurs. Une forte correction peut survenir à la suite d’un événement politique particulièrement négatif. Pensons à l’indice Dow Jones qui a chuté de 21,2 % sur une période de trois mois après que l’Irak eut envahi le Koweït en août 1990. Chose intéressante, dans une étude des mouvements de l’indice Dow Jones depuis 1900, Ned Davis Research, un cabinet de recherche financière, constate que les fortes corrections sont suivies par des marchés baissiers dans 58 % des cas.


Marché baissier
Un marché baissier se caractérise par une période de baisse prolongée des valeurs boursières qui peut durer un an ou plus. Un marché est considéré à la baisse lorsque les cours des actions chutent d’environ 20 % ou plus et ne se relèvent pas. De grands facteurs économiques, comme des taux d’intérêt défavorables et un ralentissement de l’économie, provoquent un enchaînement de ventes successives. Cette notion est tout le contraire du marché haussier, lequel se caractérise par une période de hausse prolongée des valeurs boursières.


Krach
Beaucoup moins fréquent que le marché baissier, le krach se caractérise par une baisse de plus de 10 % du cours des actions sur un ou deux jours, laquelle entraîne une liquidation massive de titres boursiers par les investisseurs affolés. Le siècle dernier n’a connu que deux krachs, soit celui du 29 octobre 1929 et celui du 19 octobre 1987. Un krach est habituellement provoqué par un revirement spectaculaire des hypothèses de base relatives au marché. Bien qu’il ne s’agissait pas d’un krach, la crise financière de 2008 est à l’origine de la pire semaine qu’ait jamais connue l’indice Dow Jones. Le 6 octobre de cette année-là, l’indice a amorcé une chute qui allait le faire reculer de 18,1 %.

En situation de courte baisse ou de marché baissier de longue durée, vous pouvez employer des stratégies toutes simples pour faire face à un repli. Jumelée à un portefeuille bien diversifié, une vision à long terme empêchera les embûches en cours de route de faire dérailler votre plan.



Pour commencer