Comment la capitalisation contribue à la croissance de vos avoirs

Une mère et sa fille apprennent que le temps fait toute la différence lorsqu’on investit régulièrement

Âgée de 50 ans, Marie est comptable et a une fille de 22 ans, Suzanne, qui vient tout juste de commencer à travailler à temps plein. Bien qu’une génération les sépare, les deux femmes veulent avoir accumulé des épargnes suffisantes lorsqu’elles arriveront à la retraite. Voici comment elles s’y prennent.
 

Se décider à épargner
À l’âge de 35 ans, Marie s’est inscrite au régime d’épargne-retraite de son employeur. Elle a commencé à cotiser 400 $ par mois à son compte. C’est en voyant les sommes placées dans son compte croître avec le temps qu’elle a encouragé sa fille à commencer à épargner tôt. Suzanne verse 200 $ par mois au REER offert par son entreprise.
 

Laisser le temps faire son œuvre
Bien que le montant de sa cotisation mensuelle soit inférieur à celui de sa mère, Suzanne profite des avantages que procurent les placements à intérêt composé parce que son argent fructifiera pendant une plus longue période que celui de sa mère. Le tableau ci-après compare le solde du compte de Suzanne à 65 ans à celui de sa mère, le tout selon l’hypothèse voulant que les deux femmes obtiennent un taux de rendement constant de 6 % et continuent d’effectuer leurs versements au début de chaque mois.
 

La croissance par la capitalisation

Lorsque l’une et l’autre souffleront leurs 65 bougies, la valeur de leurs comptes respectifs se sera considérablement appréciée. Marie aura cotisé davantage que sa fille, mais la capitalisation aura permis à Suzanne de réaliser des gains supérieurs.

 

Suzanne

(200 $/mois pendant 45 ans)

Marie
(400 $/mois pendant 32 ans)

Cotisations totales

  108 000 $

  153 600 $

Total des gains

  445 954 $

  311 788 $

Solde total à 65 ans

  553 954  $

  465 388 $

Remarque : Le rendement annuel de 6 % est composé chaque mois. Il ne tient pas compte de l'inflation ni des frais.



Pour commencer