Stratégies de répartition de l’actif

Trois Canadiens, trois situations, et la combinaison de placements qui convient à chacun

Il n’existe pas de méthode simple pour déterminer la répartition de l’actif qu’il vous faut. Mais si vous tenez compte de votre âge, du nombre d’années restant avant votre retraite, de vos objectifs financiers et de vos obligations financières, ainsi que de votre aversion pour le risque de placement, vous pouvez choisir une répartition personnalisée qui convient à votre profil financier et psychologique.

Pour vous faire une meilleure idée, examinez la situation des trois investisseurs fictifs décrite ci-dessous. Pour les besoins de cet exemple, nous avons présumé que chacune de ces personnes est âgée de 38 ans, reçoit un revenu annuel de 35 000 $ et verse chaque année 6 % de son salaire (soit 2 100 $) dans un REER. Comme elles se trouvent dans des situations financières différentes et qu’elles perçoivent le risque différemment, chacune choisit une répartition de l’actif différente.

Judy, une femme célibataire qui vit seule, dit que les soubresauts des marchés boursiers l’empêcheraient de dormir. De plus, sa mère est invalide et Judy croit que dans quelques années, elle devra peut-être l’aider à payer les frais d’une maison de soins. Étant donné son aversion pour le risque et le fait qu’elle pourrait avoir besoin de son argent pour aider sa mère, Judy a choisi la répartition de l’actif suivante : 40 % dans des fonds d’actions, 40 % dans des fonds d’obligations, et 20 % dans des certificats de placement garanti (CPG) ou dans les fonds à valeur stable.

Bob a deux enfants, alors lui et sa femme, Betty, les aideront à régler les frais d’études universitaires jusqu’à la retraite de Bob. Comme ils ne pourront pas épargner beaucoup pendant qu’ils aident leurs enfants, ils doivent épargner tout ce qu’ils peuvent aujourd’hui et investir ces fonds de façon à obtenir la croissance maximale en espérant établir le meilleur fonds d’épargne­retraite possible. Ils ont choisi deux fonds d’actions différents pour y placer 80 % de leur argent, et verseront les 20 % restants dans des fonds d’obligations.

Marc quant à lui, a deux enfants plus âgés, qui auront terminé leurs études postsecondaires bien des années avant qu’il arrive à la retraite. Mais il envisage de quitter son travail dans quelques années et démarrer une entreprise avec sa femme, Molly. Lorsqu’il quittera son travail, ils devront probablement puiser dans leur fonds d’épargne-­retraite pour compléter leurs revenus, du moins pendant quelque temps. Conformément à ce plan, ils veulent que leurs placements combinent la croissance des placements et la protection du capital. Ils décident d’investir 60 % de leur argent dans les fonds d’actions, 20 % dans des fonds d’obligations, et le 20 % restant dans des CPG ou des fonds à valeur stable. En raison de leurs répartitions de l’actif différentes, Judy, Bob et Marc auront un pécule différent lorsque viendra le jour de la retraite. De quelle ampleur pourrait être cette différence? Bien que les rendements passés ne sont pas garants des rendements futurs, voyons quels résultats ces répartitions auraient obtenu sur une période de 24 ans. En présumant que leurs répartitions demeurent les mêmes, et que leurs revenus et leurs cotisations REER augmentent de 4 % par année, Judy aurait accumulé environ 300 000 $ dans son REER, Bob aurait accumulé environ 373 000 $, et Marc aurait accumulé environ 329 000 $.

Rétrospectivement, Bob a adopté la meilleure stratégie pour cette période de 24 ans. Mais, compte tenu de l’aversion au risque de Judy et de Marc et des besoins financiers qu’ils prévoyaient avoir, ils ont probablement choisi la stratégie appropriée pour leurs avoirs et pour leur tranquillité d’esprit. Voilà le genre de principes qui devraient vous guider pour déterminer votre propre répartition de l’actif.



Pour commencer