Décider à quel moment demander les prestations de retraite du Régime de pensions du Canada (RPC) ou du Régime de rentes du Québec (RRQ) (qu’on appelle aussi pension du RPC ou du RRQ) est l’un des choix les plus difficiles que doivent faire les Canadiens au moment de planifier leur retraite. Doit-on commencer tôt, à 60 ans, attendre à 70 ans ou opter pour une solution intermédiaire?

Cette décision est devenue encore plus complexe au cours des dernières années, car la pension de la Sécurité de la vieillesse peut désormais être différée. Ainsi, les personnes qui travaillent et reçoivent la pension du RPC ou du RRQ pourraient avoir droit à la prestation après-retraite du RPCUne nouvelle fenêtre s’affichera dans votre navigateur ouau supplément à la rente de retraite du RRQUne nouvelle fenêtre s’affichera dans votre navigateur si elles continuent de cotiser au RPC ou au RRQ. Comme les Canadiens vivent plus longtemps qu’avant, leur décision quant au début des prestations du RPC ou du RRQ pourrait se répercuter pendant des années, voire des décennies.

Qui plus est, à compter de 2019, le  RPCUne nouvelle fenêtre s’affichera dans votre navigateur, et le RRQUne nouvelle fenêtre s’affichera dans votre navigateur, seront graduellement bonifiés, ce qui pourrait se traduire par des prestations plus élevées et augmenter encore plus l’importance de cette planification. Voici donc des renseignements utiles à cet égard.

Principes de base du RPC et du RRQ

Les prestations mensuelles du RPC ou du RRQ sont calculées selon les cotisations que vous avez versées au régime durant votre vie active. Lorsque vous commencez à recevoir la pension du RPC ou du RRQ, vous devez savoir que les versements durent toute votre vie et que leur montant augmente généralement tous les ans lorsque le coût de la vie augmente. En 2018, le montant maximal de la pension mensuelle du RPC ou du RRQUne nouvelle fenêtre s’affichera dans votre navigateur était de 1 134,17 $ (la majorité des Canadiens ne sont toutefois pas admissibles au montant maximal). En janvier 2018, la prestation mensuelle moyenne pour les nouveaux bénéficiaires était, quant à elle, de 691,93 $.

La pension de retraite du RPC ou du RRQ est habituellement versée à partir du mois suivant votre 65e anniversaire de naissance. Commencer avant ou après cet âge pourrait entraîner d’importantes répercussions à long terme.

Ainsi, si vous commencez à recevoir votre pension du RPC ou du RRQ avant 65 ans, elle sera réduite de 0,6 % pour chaque mois où vous la recevez avant l’âge de 65 ans (7,2 % par année), et ce, de façon permanente. Autrement dit, si vous commencez à recevoir votre pension du RPC ou du RRQ le plus tôt possible, c’est-à-dire à 60 ans, vous recevrez 36 % de moins que si vous l’aviez demandée à 65 ans. Si votre espérance de vie inférieure à la moyenne vous tracasse, il pourrait être plus avantageux de commencer à toucher votre pension à vie du RPC ou du RRQ dès 60 ans que d’attendre à 65 ans.

Si vous commencez à recevoir votre pension après 65 ans, les prestations augmenteront par rapport à celles que vous auriez obtenues à 65 ans) de 0,7 % par mois, et ce, jusqu’à 70 ans (8,4 % par an). Ainsi, si vous commencez à recevoir votre pension du RPC ou du RRQ à 70 ans, vous recevrez 42 % de plus que si vous l’aviez demandée à 65 ans. Si vous vous attendez à vivre plus longtemps que la moyenne, reporter le début de votre pension du RPC ou du RRQ après 65 ans, jusqu’à 70 ans, vous permettra d’obtenir plus d’argent au cours de votre vie.  

Vous pourriez également être admissible à la pension de survivant du RPC ou du RRQ si votre conjoint ou conjoint de fait a droit à une pension du RPC ou du RRQ et décède avant vous. (Aux fins du RPC, le terme conjoint englobe les conjoints de fait. Aux fins du RRQ, le terme conjoint englobe les conjoints par union civile et les conjoints de fait.)

 

Guider votre décision

Voici quatre questions à vous poser lorsque vous devrez décider à quel moment recevoir la pension du RPC ou du RRQ.

Si vous avez besoin des revenus du RPC ou du RRQ pour répondre à vos besoins quotidiens, vous pourriez vouloir toucher les prestations plus tôt. À l’inverse, si vous avez d’autres sources de revenus, il se peut que vous préfériez attendre.

Si vous attendez pour recevoir vos prestations du RPC ou du RRQ, vous pourriez épuiser votre épargne au lieu de la garder pour couvrir des dépenses futures, vous prémunir contre des dépenses imprévues ou laisser un héritage planifié. Cette perte risque de ne pas être compensée par une pension du RPC du RRQ plus élevée à une date ultérieure.

Pour décider si vous allez attendre ou recevoir votre pension du RPC ou du RRQ plus tôt, vous devez tenir compte des conséquences sur votre plan de retraite global.

Les prestations du RPC ou du RRQ majorées de la pension de survivant ne peuvent pas excéder le montant maximal déterminé selon les règles du RPC (1 134,17 $ par mois en 2018).

Par conséquent, si un ménage comprend deux conjoints recevant chacun une pension du RPC ou du RRQ, ceux-ci peuvent décider qu’un seul conjoint ou les deux toucheront les prestations plus tôt.

Supposons que chacun des conjoints est admissible à une pension du RPC ou du RRQ de 1 000 $ par mois si le premier versement est effectué à 65 ans, mais à une pension de 640 $ par mois si le premier versement est effectué à 60 ans. Si les deux conjoints attendent à 65 ans ou plus tard pour recevoir leur pension du RPC ou du RRQ et que l’un décède, la pension du RPC ou du RRQ jumelée à la pension de survivant dépassera le montant maximal pouvant être versé au survivant.

Dans ce cas, le montant dépassant le maximum ne sera pas versé à la personne survivante. Toutefois, si l’un des conjoints ou les deux demandent leur pension du RPC ou du RRQ plus tôt afin de recevoir une prestation mensuelle réduite et que l’un décède, l’entièreté de la pension de survivant sera versée au conjoint survivant. Ce choix pourrait être judicieux si l’un des deux conjoints s’attend à vivre beaucoup plus longtemps que l’autre.

Vous pourriez donc commencer à recevoir les prestations du RPC ou du RRQ tout en continuant de travailler. Si vous recevez une pension du RPC tout en travaillant et êtes âgé de 60 à 65 ans, vous devez cotiser au RPC; par contre, de 65 à 70 ans, les cotisations au RPC sont facultatives. Au Québec, si vous continuez de travailler, vous êtes obligé de cotiser au RRQ dès que votre revenu dépasse l’exemption de base de 3 500 $, quel que soit votre âge.

Si vous cotisez au RPC ou au RRQ tout en recevant la pension du RPC ou du RRQ, sachez que vous êtes admissible à la prestation après-retraite du RPC ou au supplément à la rente de retraite du RRQ, un montant à vie qui s’ajoutera à votre pension mensuelle du RPC ou du RRQ.

Cotiser au RPC ou au RRQ pendant que vous travaillez et toucher une pension du RPC ou du RRQ est une façon de profiter de rentrées de fonds mensuelles tout en augmentant le montant des prestations au fil du temps. C’est donc dire que même si vous commencez tôt à recevoir votre pension du RPC ou du RRQ, vous pouvez en accroître le montant. Le montant de la prestation après-retraite du RPC ou du supplément à la rente de retraite du RRQ s’ajoute à celui de votre pension du RPC ou du RRQ même si vous recevez le montant maximal.

Notez toutefois que si vous travaillez après 65 ans, mais ne recevez pas encore votre pension du RPC ou du RRQ, vous devrez tout de même cotiser au régime. Votre pension du RPC ou du RRQ augmentera de 0,7 % de façon permanente pour chaque mois où vous en reportez le début (jusqu’à 70 ans), mais vous n’aurez pas droit à la prestation après-retraite du RPC ou au supplément à la rente de retraite du RRQ.

4. Que comptez-vous faire avec votre pension de la Sécurité de la vieillesse?

Vous pouvez commencer à recevoir votre pension de la Sécurité de vieillesse dès 65 ans, mais votre prestation mensuelle sera plus élevée si vous attendez (jusqu’à concurrence de cinq ans).

Si l’on ajoute à cela la possibilité de commencer à recevoir la pension du RPC ou du RRQ de façon anticipée ou d’attendre jusqu’à 70 ans, cela signifie qu’un ménage de deux conjoints possède jusqu’à quatre prestations de retraite, chacune avec des dates de début pouvant être choisies, ce qui constitue un grand éventail de possibilités en matière de revenus de retraite.

Créez votre plan

L’option que vous choisissez dépend notamment de votre statut matrimonial (célibataire, marié ou conjoint de fait), de vos autres sources de revenus de retraite ou de votre épargne (peut-elle couvrir vos dépenses si vous attendez avant de recevoir les prestations du RPC ou du RRQ et de la Sécurité de la vieillesse?), de votre décision de travailler ou non après votre admissibilité à la pension du RPC ou du RRQ et du moment choisi pour recevoir votre pension de la Sécurité de la vieillesse.

Le plan idéal vous permettra de profiter de toute la latitude offerte par les programmes gouvernementaux et de régler vos décisions concernant les prestations du RPC ou du RRQ et de la Sécurité de la vieillesse en fonction de vos besoins.