Par le passé, les gens travaillaient du lundi au vendredi pendant 30 ou 40 ans, déposaient de l’argent dans un compte de retraite en cours de route, puis prenaient leur retraite vers l’âge de 60 ou 70 ans.

Aujourd’hui, les jeunes travailleurs cherchent à équilibrer la vie familiale et la vie professionnelle, et leurs choix financiers sont davantage axés sur un mode de vie plutôt que sur la planification de la retraite proprement dite. Ils se trouvent un revenu suffisant pour pouvoir profiter de la vie maintenant, explorent d’autres sources de revenus et espèrent se défaire des heures de travail traditionnelles. Ils ne visent pas tant la retraite anticipée que l’indépendance financière.

Ce n’est pas tout le monde qui est prêt à adopter le mode de vie rêvé pour ensuite continuer de travailler à la retraite. Pour certains toutefois, il s’agit là d’une façon de pouvoir vivre comme ils l’entendent pendant leur vie active. L’important, c’est de trouver le mode de vie que vous souhaitez mener et d’élaborer un plan qui vous permettra d’y arriver le plus tôt possible. C’est un plan que la génération du millénaire a adopté, et une inspiration offrant plusieurs possibilités pour les jeunes et les moins jeunes.

Faire des placements judicieux (et vivre modestement) tôt dans la vie

Peter Adeney – le fondateur canadien du populaire site Web Mr. Money MustacheUne nouvelle fenêtre s'affichera dans votre navigateur. (en anglais seulement) – a pris une retraite anticipée au Colorado après avoir mené un mode de vie environ 50 % moins cher que celui de la plupart de ses pairs pendant de nombreuses années. Il a investi son revenu excédentaire dans les « fonds indiciels prudents et très ennuyeux de Vanguard, et dans une ou deux maisons de location », comme il le dit lui-même.

En investissant dans un portefeuille diversifié, mais prudent – et en vivant modestement pendant quelques années – M. Adeney est parvenu à créer un flux de trésorerie qui lui a permis d’utiliser le revenu passif plus tard.

Aujourd’hui, M. Adeney voit la retraite différemment. Il dirige toujours une entreprise, mais le mode de vie modeste qu’il a adopté pendant des décennies et les placements prudents qu’il a faits pendant cette période lui donnent amplement le temps de prendre part à des projets passionnants et de passer du temps avec sa famille. Il fait du bénévolat pour des organismes de bienfaisance et passe ses journées à participer à des activités qui ont un sens pour lui. De plus, M. Adeney a mis en place des « escapades financières » pour ceux et celles qui veulent suivre ses traces et mener ce qu’il appelle le mode de vie « moustachien ».

Faire des heures supplémentaires, puis profiter de la liberté

À 32 ans, Robert Farrington a quitté son poste en entreprise pour lancer The College InvestorUne nouvelle fenêtre s'affichera dans votre navigateur. (en anglais seulement), un site Web d’éducation financière. Dès que ses économies ont été suffisamment élevées et que l’entreprise a commencé à générer un revenu, M. Farrington a quitté la population active traditionnelle.

« J’ai fait la majeure partie de ce travail [à l’avance] pendant mes temps libres, alors que j’étais directeur d’un magasin de vente au détail local, souligne M. Farrington. J’ai dû y consacrer beaucoup de temps, mais cela a fini par porter fruit. »

M. Farrington dirige toujours l’entreprise, mais à ses propres conditions. Il peut se permettre d’embaucher des gens pour l’aider avec les gros projets et il établit son propre horaire.

Contrairement aux générations précédentes qui attendaient plus longtemps avant de passer du temps à l’extérieur du bureau, M. Farrington a réussi, grâce à ses talents d’entrepreneur, à vivre comme bien des retraités : chez lui, à San Diego, avec sa femme et ses deux enfants, en mesure de voyager comme bon lui semble.

Une plus petite maison pour une plus grande aventure

Dès qu’elle a eu terminé de rembourser ses prêts étudiants de 38 000 $ et que son entreprise de marketing en ligne a pris son envol, Michelle Schroeder-Gardner a quitté son poste dans le secteur des services financiers. Maintenant, Mme Schroeder-Gardner dirige son entreprise de blogues à partir de n’importe quel endroit dans le monde où elle peut se connecter au réseau Wi-Fi. Bien que ses revenus soient suffisamment élevés pour mener une vie fastueuse, elle a décidé, avec son mari, de vivre dans la simplicité.

Plutôt que d’avoir un domicile d’attache à entretenir, Mme Schroeder-Gardner et son mari (en compagnie de leurs chiens) parcourent l’Amérique du Nord en véhicule récréatif.

Pour le couple, diminuer la grosseur de leur maison leur a donné l’occasion de vivre une aventure différente à la retraite.

« Lorsque nous avons pris cette décision, nous avons réduit de beaucoup la grosseur de notre résidence », écrit-elle dans son blogueUne nouvelle fenêtre s'affichera dans votre navigateur. (en anglais seulement). Même si bien des gens pourraient considérer cette décision comme un sacrifice, Mme Schroeder-Gardner et son mari y voient plutôt une façon de profiter davantage de la vie.

« Rien ne m’oblige à vivre modestement, et cela fait maintenant systématiquement partie de ma vie quotidienne. »

Les nombreux chemins qui mènent à l’indépendance financière

Il est possible de prendre une retraite anticipée en adoptant une approche extrême en matière d’épargne, comme M. Adeney, ou en mettant sur pied une entreprise qui ne nécessite pas d’emplacement précis, comme Mme Schroeder-Gardner ou M. Farrington. Grâce à la multitude d’options de travail à distance ou à la pige, vous pouvez maintenant travailler à partir du confort de votre foyer, selon votre propre horaire de travail.