Dans les années 1950 et 1960, lorsqu’on atteignait l’âge adulte, les étapes à suivre pour assurer son avenir financier s’enchaînaient de façon prévisible : il fallait terminer ses études, acheter une maison dans la mi-vingtaine, avoir remboursé son prêt hypothécaire à 50 ans, et enfin, épargner en vue de la retraite pendant ses 15 dernières années sur le marché du travail.

De nos jours, ces étapes ne se déroulent plus dans le même ordre. Nous consacrons plus de temps (et d’argent) aux études postsecondaires. Nous avons moins d’enfants et les avons souvent plus tard dans la vie. Et dans de nombreuses régions du Canada, les coûts de logement grugent une bien plus grande part de notre paie, comparativement à ce que c’était pour les générations précédentes. Nous pouvons attendre d’avoir 60 ans ou d’être à la retraite avant d’avoir remboursé notre prêt hypothécaire. Nous sommes beaucoup moins nombreux à pouvoir compter sur un régime de retraite traditionnel à prestations déterminées parrainé par l’employeur.

Par conséquent, les conseils touchant la planification de la retraite qui ont été utiles à nos parents ne le sont peut-être pas pour nous, ce qui signifie que nous devons trouver nous-mêmes la voie vers la réussite financière. Voici de nouvelles règles en matière de finances qui peuvent vous aider.
 

1. Reconnaître les différences entre hier et aujourd’hui.

Pour s’assurer une retraite confortable sur le plan financier, les épargnants d’aujourd’hui doivent peut-être suivre un ensemble de pratiques de dépenses et d’épargne différent de celui que suivaient leurs parents ou leurs grands-parents. Vous pourriez, par exemple, commencer à épargner plus tôt pour la retraite, dans votre trentaine ou quarantaine, alors que vous gérez également d’autres obligations et besoins sur le plan financier, comme le remboursement d’un prêt hypothécaire et la garde de vos enfants à la maison. Si vous commencez à épargner tôt pour la retraite, votre épargne a la possibilité de fructifier plus longtemps avant que vous en ayez besoin. Ainsi, vous n’avez pas trop à augmenter l’argent que vous mettez de côté dans la décennie qui précède votre départ à la retraite.

2. Cerner vos options.

La façon dont vous épargnez pour la retraite dépendra des options qui s’offrent à vous, et celles-ci ont considérablement changé au fil du temps. Par exemple, il y a quelques années, beaucoup plus de travailleurs participaient à des régimes de retraite à prestations déterminées qui automatisaient leur épargne-retraite. De plus, les options comme les comptes d’épargne libre d’impôt (CELI) sont relativement nouveaux. Une fois que vous avez cerné vos besoins, vous devez déterminer ce qui vous aidera ainsi que les options qui ne vous seront pas utiles.

3. Recueillir des renseignements pour créer votre plan personnalisé.

Bonne nouvelle! Les renseignements, les conseils et le soutien nécessaires à la planification de la retraite sont plus accessibles que jamais. Un professionnel qui vous connaît, vous et votre situation, peut travailler avec vous pour repérer les lacunes de votre plan et vous aider à trouver des solutions. Que vous veniez tout juste de commencer à planifier votre retraite ou que vous soyez en fin de processus, il existe une foule de renseignements à jour qui peuvent vous aider à définir votre approche personnelle de la retraite.

Ces trois règles peuvent définir le cadre de votre planification au cours des prochaines décennies, vous permettant de créer un plan qui reconnaît votre réalité, repose sur vos points forts et répond à vos besoins actuels et futurs.