Les familles ont tiré d’importantes leçons au cours des derniers mois

Comme de nombreux couples, Enoch Omololu et sa femme Joy ont entamé l’année 2020 en se fixant des objectifs . M. Omololu, un vétérinaire de Winnipeg, voulait remplacer sa voiture de dix ans et effectuer quelques réparations à la maison. Le couple envisageait également d’augmenter leurs paiements hypothécaires.

Puis, l’épidémie de COVID-19 a frappé, et le couple et parents de deux enfants a réalisé qu’il aurait besoin de faire quelques ajustements financiers.

« Nous avons en quelque sorte repoussé nos plans, car personne ne sait comment les choses vont se dérouler », nous a confié M. Omololu.

Depuis que la crise a frappé le pays, les Canadiens ont réévalué leur gestion financière et ont réduit leurs dépenses et accumulé de l’épargne.

Beaucoup d’entre eux ont également investi davantage et examiné de plus près leurs plans de retraite et de succession.

Bien que la pandémie se soit avérée être une période difficile, elle a donné l’occasion à de nombreux Canadiens de réfléchir davantage à leurs finances, leurs placements et leurs projets à long terme.

Les Canadiens dépensent moins et épargnent plus

Selon Statistique Canada1, le taux d’épargne des ménages pour le deuxième trimestre de cette année, quand la pandémie a surgi, a augmenté d’environ 70 % par rapport au trimestre précédent. Le taux d’épargne pendant le deuxième trimestre a presque triplé par rapport à celui de l’année dernière.

Les Canadiens dépensent moins, en partie parce qu’il y a tout simplement moins à dépenser : pas de sorties au restaurant, pas d’activités parascolaires, et pas besoin de faire le plein d’essence. Cependant, M. Omololu, qui dirige le blogue de finances personnelles Savvy New Canadians, a observé que ses lecteurs épargnent aussi davantage consciemment.

« De plus en plus de gens me demandent quels sont les meilleurs comptes d’épargne à intérêt élevé et qui offre les meilleurs taux en ce moment, donc je pense que beaucoup de gens mettent plus d’argent de côté », a-t-il expliqué.

Tom Drake, 42 ans, analyste financier pour une grande chaîne de supermarchés et gestionnaire du blogue Maple Money, a reçu des demandes semblables sur son site Web. Il a souligné que les publications sur le couponnage, un moyen courant d’économiser de l’argent, ont connu une popularité croissante.

Lui et sa femme, Amanda, une esthéticienne qui dirige son entreprise depuis leur maison d’Airdrie, en Alberta, ont également changé leur mode de vie.

« On n’a pas hésité à réduire nos dépenses », a indiqué M. Drake, père de deux garçons de 8 et 10 ans. « C’est un bon moment pour faire le point et se serrer la ceinture là où c’est possible. »

Les familles investissent de plus en plus judicieusement

Pour beaucoup d’entre elles, les placements sont peut-être plus attrayants que l’épargne.

« Je sais que de plus en plus de gens investissent. Un courtier en valeurs mobilières m’a dit qu’il y a eu une augmentation des inscriptions au cours de cette période », a affirmé M. Drake, qui a lui-même ajouté des actions à son portefeuille.

M. Omololu a déclaré que lui et sa famille conservent un fonds d’urgence de trois mois, mais comme celui-ci était déjà en place lorsque la pandémie a frappé, ils ont décidé d’augmenter les cotisations à leur portefeuille de placements. Ils ont également pris l’argent qui était destiné à la garde d’enfants et aux sports parascolaires des derniers mois et l’ont investi dans le régime enregistré d’épargne-études de leurs fils.

Les familles qui ont pu réduire leurs dépenses discrétionnaires cherchent des moyens de faire fructifier l’argent qu’ils ont ainsi mis de côté.

Les parents se penchent de plus près sur leurs projets à long terme

La COVID-19 a incité de nombreuses familles à prendre une autre décision importante. « La pandémie nous a finalement poussés à rédiger un testament », a avoué M. Omololu.

Les services de succession connaissent une forte hausse d’activité depuis le mois de mars2. M. Drake a également remarqué sur son blogue une augmentation des recherches concernant les testaments.

Les Canadiens ne pensent pas seulement à la planification successorale; ils révisent également leurs plans de retraite, compte tenu de l’incertitude économique qui prévaut.

M. Omololu croit que lui et sa femme devront se constituer un portefeuille plus important que ce qu’ils avaient prévu à l’origine afin de pouvoir prendre une retraite confortable, vu le rendement incertain des marchés et des placements. Il pourrait également devoir repousser ses projets de travailler à son compte, ce qu’il espère faire un jour.

Il faut parfois changer ses plans, mais c’est normal

La pandémie a apporté avec elle un climat d’incertitude économique que de nombreux Canadiens redoutent, et ils réagissent en réévaluant leurs plans de vie. Certains changements sont parfois nécessaires, mais ne doivent pas représenter une source d’inquiétude. En réexaminant et en ajustant leurs finances, des familles comme celles de M. Omololu et de M. Drake sortiront de la crise encore plus résistantes qu’auparavant.

Vous aussi, vous pouvez prendre des mesures pour mieux vous préparer. Prenez rendez-vous avec un conseiller dès aujourd’hui.